COMMENT RÉUSSIR SA THÉRAPIE DE COUPLE


Comment réussir sa thérapie de couple.


Entamer une démarche de thérapie de couple est souvent une décision difficile à prendre. Cela peut nous mettre en face d’un échec, la peur de perdre, la peur d’entendre des choses difficiles. Nous les humains avons une propension naturelle à enfouir nos difficultés pour ne pas y faire face, souvent par peur d’avoir mal. Faire une thérapie de couple demande de faire face.


C’est pour cette raison que faire une thérapie de couple demande avant tout du courage. Le courage d’affronter ses difficultés, ses peurs, ses souffrances.


Je suis thérapeute de couple depuis 17 ans et j’ai observé plusieurs choses avec les personnes qui viennent en thérapie de couple.


Tout d’abord, souvent ils attendent trop longtemps avant de venir. Vous pouvez demander à n’importe quel thérapeute de couple, c’est la raison NO1 d l’échec d’une thérapie de couple.


Avec le temps, une relation de couple cumule des souffrances, des blessures. Parfois on essaye de s’en occuper et parfois on laisse passer. Malheureusement, même si on laisse passer, cela ne disparait pas. Cela s’accumule.


Dans mon livre, Heureux en couple, guide pratique (en vente sur www.yannickcalendreau.com), j’ai nommé ce cumul, l’ardoise. Comme quand on va au café du coin et qu’on laisse une ardoise, ont fini toujours par la payer, sinon gare au patron du café. Dans votre couple c’est la même chose. L’ardoise fini toujours par se payer et parfois elle se paye au prix cher, la séparation.


Cette ardoise est constituée de toutes les petites attaques, méchancetés, jugements, reproches, critiques, etc… que vous avez pu faire à l’autre pendant votre relation. Plus cette ardoise est longue, plus cela éloigne les gens et créer un fossé dans la relation. De plus, cela étouffe le sentiment amoureux et tue la sensibilité que l’on peut avoir l’un pour l’autre.


Pour moi, ne plus être sensible l’un à l’autre est une sentence de mort pour la relation.


Ainsi, si vous arrivez en thérapie de couple avec une ardoise trop importante, il se peut qu’avancer ne soit plus possible, car les blessures de rejet et de non-amour soient trop profondément ancrées et l’amour et la sensibilité ont disparus. Mais ça n’est pas impossible. Il faut voir votre amour comme un feu qui brule. Au début, il brule très fort et intensément, puis avec le temps il diminue. S’il n’est pas entretenu avec du nouveau bois c’est-à-dire l’amour, il finira par s’éteindre. Si en plus, vous jetez de l’eau dessus (jugements, reproches, critiques, dévalorisation), vous ne lui donnez aucune chance. Si pendant des années vous n’avez pas ajouté de bois et en plus, vous avez jeté de l’eau sur votre relation, quand vous arrivez en thérapie de couple, il ne reste plus que quelques braises fumantes et presque éteintes. Nous allons alors essayer de voir si en soufflant sur les braises, il est possible que le feu reprenne.


Comment fait-on pour rallumer le feu et souffler sur les braises ?


Quand les gens arrivent en thérapie de couple, ils pensent parfois que le thérapeute va régler leurs problèmes et leur donner des solutions. Si vous rencontrez un thérapeute qui vous propose cela, fuyez immédiatement.

Personne ne possède la solution à vos problèmes. Vous seul avez les solutions.


Mais alors, pourquoi faire une thérapie de couple ?


Le rôle du Thérapeute n’est pas de régler vos problèmes, mais de vous aider à communiquer afin que vous régliez vos problèmes vous-mêmes.


Le seul et unique problème de couple c’est la communication. Ça n’est pas les enfants, le sexe, l’argent, la vie à la maison, les vacances, les loisirs, ses amis, sa famille, ma famille, ses ex, mon ex, etc… c’est la communication.


Avec une bonne communication, vous êtes capable de vous écouter, de montrer de la sensibilité et de trouver des compromis. 70 % de la communication dans un couple ce sont les compromis. Mais ces compromis sont impossibles si nous sommes dans le reproche, le jugement, etc…


Comment bien communiquer ?


D’abord il faut être capable d’identifier les déclencheurs c’est-à-dire les attitudes de l’autre qui me font vivre des ressentis difficiles. Par exemple : quand il sort tard avec ses copains, quand elle me reproche de ne pas en faire assez à la maison, quand il laisse trainer ses chaussettes, quand elle passe des heures au téléphone avec sa sœur. Voici pour quelques clichés.


Deuxièmement, il faut pouvoir identifier pourquoi cette attitude vient me chercher particulièrement. Comment je me sens. C’est la notion de responsabilité. Par exemple « quand elle passe des heures au téléphone avec sa sœur, je vis de la colère et de la tristesse car je me sens délaissé et abandonné », ou « quand il laisse trainer ses chaussettes, je me sens en colère car j’ai peur d’être seule à tout faire dans la maison et je ne me sens pas soutenue et aidé »


Troisièmement, il faut pouvoir le communiquer à l’autre verbalement.


Enfin, après que chacun ait exprimé son ressenti et montrer de la sensibilité à l’autre, on peut trouver des compromis.


Faire un compromis ça veut dire que chacun doit faire un pas vers l’autre. C’est-à-dire que si je trouver difficile qu’il ne ramasse pas ses chaussettes, le compromis ça n’est pas qu’i ramasse se chaussettes, c’est de trouver comment on peut être bien tous les deux. CA veut dire que si vous êtes une manique du rangement, vous allez devoir accepter que tout ne soit pas rangé. Si vous êtes bordélique, vous allez devoir regarder vos comportements afin de trouver un juste milieu entre le rangement excessif et le bordel.


Quels sont les échecs à une thérapie de couple :


- Venir trop tard.


- Ne pas être capable de se responsabiliser et blâmer l’autre de tous les problèmes.


- Rester pris sur les déclencheurs.


- Ne pas prendre au sérieux le travail que demande une thérapie de couple.


Pour réussi sa thérapie de couple il faut :


- Ne pas revenir sur le passé sans arrêt et choisir d’avancer.


- Être capable de regarder ses propres comportements et pas ceux de l’autre.


- S’investir en venant à chaque rendez-vous.


- Pratiquer entre les séances les outils de communications appris.


- Penser avant chaque séance quel sujet je veux aborder.